top of page
Rechercher

Les syndromes d'Harry Potter

Dernière mise à jour : 24 janv.


Les hiboux livrent leurs songes évocateurs à Poudlard
Les hiboux livrent leurs songes évocateurs à Poudlard

Comment devenir Magicien ? Souvenez-vous de l’enfant que vous avez été ! Ne rêvait-il pas de pouvoir régler ses problèmes à coup de baguette magique ? N’a-t-on pas tous rêvé de faire de la magie un jour ou l’autre ? De plus, être un simple « moldu », mais d’avoir quelque chose de différent, de spécial ? Et si la magie pouvait devenir réalité pour nous ?


Il me semble que la condition sine qua non pour être un bon Sorcier/ère et qu'il nous faut parfaitement connaître la réalité des « Moldus » ! Pour les néophytes (les plus de 70ans ^^) dans l'univers de Harry Potter, le terme "moldus" désigne les personnes dépourvues de pouvoirs magiques, c'est-à-dire les non-sorciers. Les moldus sont des individus ordinaires totalement inconscients de l'omniprésence du monde magique qui pourtant les entoure. Ils sont souvent perçus comme représentant la normalité. Ils mènent une existence ordinaire, sans conscience de la présence des sorciers et de leur pouvoir, ce qui pousse d'ailleurs certains sorciers à avoir une attitude arrogante et dédaigneuse allant même jusqu'à un véritable élitisme (Les Malefoy). Cela souligne le contraste entre le monde magique et le monde moldu, et met en évidence l'idée que l'extraordinaire peut exister à côté de l'ordinaire sans que les deux ne se rencontrent. Les moldus symbolisent également la perspective de ceux qui ne peuvent pas voir ou comprendre le monde magique. Ils sont souvent confrontés à des situations merveilleuses sans en être conscients ou en interprétant ces événements de manière rationnelle. Cela souligne la dichotomie entre le rationnel et le surnaturel, et l'idée que le merveilleux peut exister parallèlement à notre réalité, même si nous ne le percevons pas. Sans doute que la première loi du sorcier serait en effet de savoir ce qu’est « la réalité » dans le monde des gens qui n’ont pas conscience de la magie. Cela permet de pouvoir discerner ce qui est « magie » et ce qui ne l’est pas. C’est souvent la problématique que l'on retrouve dans la clinique entre le réel (par fois fataliste) et l'idéalisme (souvent inaccessible). Vous pouvez faire des actes réellement magiques, mais vous devez d'abord avoir conscience des réalités du monde pour ensuite construire votre art à partir du tangible. Et puis, peut-être après tout, que l'ultime secret est de faire en sorte que la magie devienne un idéal, un facteur d'entré vers l'imaginal ancré dans la réalité !

Les Horcruxes, entre Polyphrénies et Schizoprhénies


Les Horcruxes sont des objets emblématiques de la série de livres Harry Potter, écrits par J.K. Rowling. Ils jouent un rôle crucial dans l'histoire en tant que mécanisme utilisé par le principal antagoniste, Lord Voldemort, pour tenter d'atteindre l'immortalité et la puissance absolue. Ils symbolisent la recherche du pouvoir ultime sans aucune limite, mais on peut les voir aussi au travers du psychisme comme une représentation de la division et du clivage du Moi. Lord Voldemort, obsédé par la puissance et la domination, divise son âme en morceaux et les enferme dans des objets afin de protéger une partie de son essence et ainsi atteindre l'immortalité dans la multiplicité. On peut considérer que cela reflète un désir de contrôle et de supériorité, qu'il est prêt à payer même au prix de sa propre humanité et de son intégrité unificatrice.

Ces Horcruxes sous diverses formes offrent à Voldemort une immortalité artificielle, tout en rendant également sa vie incroyablement fragile. Chaque Horcruxe est un point faible potentiel, car si l'un d'entre eux est détruit, une partie de son âme est irrémédiablement perdue. Cette fragilité vient souligner dans le réel, le fait que la quête de la vie éternelle, si tant en est que la perspective à un intérêt, engendre nécessairement une prise de risque qui tend vers les limites de la stabilité et donc vers la magie noire.


L'un des thèmes récurrents de la série Harry Potter est le pouvoir de l'amour et de l'amitié. On peut emmètre l'hypothèse que les Horcruxes symbolisent en quelques sortes; l'opposé de ces valeurs, car ils sont créés par des actes de cruauté et de haine. Ainsi, ils renforcent l'idée qui leur est opposée, que l'amour, la compassion et les liens humains sont essentiels pour maintenir notre humanité et lutter contre les forces obscures.


La création d'un Horcruxe nécessite de commettre un acte extrêmement maléfique, comme le meurtre. Ce processus corrompt l'âme du sorcier qui le réalise, la rendant de plus en plus sombre et déformée. Ainsi, les Horcruxes symbolisent la descente dans la perversité et la déchéance morale, représentant les conséquences néfastes de la quête de pouvoir illimité.


Dans la Clinique Psychologique, là où ça peut se compliquer, c'est quand vous êtes amené à faire face à un traumatisme ou un véritable drame comme notre héros, Harry Potter (la mort de ses parents quand il était enfant). Face à un choc, votre psyché est obligée de trouver des subterfuges pour vous défendre. D'un point de vue purement énergétique, c'est comme ci le trauma était un éclair qui venait submergé votre système psychique et nerveux. Dans le meilleur des cas, vous avez un système interne suffisamment solide pour encaisser le coup et dévier l'afflux d'énergies vers des sous-systèmes, mais cela nécessite d'avoir de l'expérience de Soi et se connaître à minima. Mais dans la période de l'enfance ou même bébé, cela ne peut que laisser des cicatrices (vous voyez ou je veux en venir !) :

La cicatrice du trauma d'Harry Potter
La cicatrice du trauma

Dans la Schizophrénie, la liaison entre le moi et le complexe est plus ou moins complètement rompue, les complexes se présentent comme des fragments détachés et autonomes qui ne se réinsèrent pas ou se combinent entre eux, d'où leurs irréversibilités. Il y'a fixation des affects, coagulation et détérioration aperceptive, d'où une réelle absence d'affects *1 (Ave Voldemort !). On rencontre donc des figures dissociées aux caractères banals et grotesques qui ne coopèrent pas avec l'unité de la conscience, ce sont des figures autonomes, sans liens *2.

Contrairement à la Schizophrénie qui est une submersion puis une division de la psyché, dans la névrose, on observe une coopération entre les différentes personnalités ( spiritus rector *3). Malgré le désordre, L'unité potentielle est maintenue tel un polyphrénie, en une assemblée de plusieurs voix qui ensemble cherche la résolution du conflit intérieur par une prise de conscience: la guérison.

"Une névrose est une dissociation relative, un conflit entre le moi et une force antagoniste reposant sur des contenus inconscients. Ces contenus ont plus ou moins perdu leurs liens avec la totalité psychique. Ils deviennent des fragments et cette perte signifie que la personnalité consciente a été dépossédée de sa suprématie le conflit intense y exprime le désir tout aussi intense de rétablir le lien rompu *4."

Finalement Harry représente la meilleure partie de l'âme de Voldemort et à la fois l'opposé de ce qu'il veut devenir. Tant qu'Harry Potter existe, il subsiste un infime espoir d'essayer de sauver l'âme de Tom Jéddusor

Magie Noire / Magie Blanche La magie noire est souvent associée à des pratiques considérées comme néfastes, malveillantes ou ayant des intentions négatives, souvent perçue comme utilisant des énergies ou des forces occultes pour infliger des dommages, exercer un contrôle ou causer du mal à autrui. C'est utilisé ses pouvoirs a des fins de contrôles en faisant des rituels ou des sorts visant à nuire à une personne, à manipuler les événements ou à obtenir un avantage personnel de manière immorale.


La ou magie blanche est généralement associée à des pratiques bénéfiques, bienveillantes ou ayant des intentions positives, souvent perçue comme utilisant des énergies ou des forces occultes dans le but d'aider les autres, les guérir, en leurs offrants des protections ou en influençant les événements de manière positive. C'est utiliser c'est capacités dans des rituels ou des sorts visant à favoriser le bien-être, la croissance personnelle, l'équilibre ou l'harmonie.


Finalement, peut-être que la différence entre l'exercice de la magie blanche ou celle de la magie noire viendrait de la capacité de la personne à gérer ses traumas.


Sans un clivage, d'une partie de vous-même la vague traumatique vous submerge ou même vous terrasse et souvent la logique du mental cherche à ne plus jamais se retrouver dans la même situation en renforçant son hyper vigilance, son contrôle et sa puissance (ce qui revient à embrasser le côté obscur dans Star Wars) c’est être submergé par la magie noire et devenir un « mange mort ». En résumé: Le syndrome d'Harry Potter est pour moi l'art de créer de la magie dans le monde réel. Utilisé l'aspect positif de la vie, de son enfant intérieur (le Puer Aeternus) pour amener des couleurs, de la grandeur et de la beauté dans le monde des moldus (souvent résigné et inconscient) mais pour cela la condition nécessaire passe par la connaissance et la conscience du réel. Ensuite votre imagination, vos espoirs et vos rêves (et les archétypes) amèneront la légèreté (le mana) qui engendrera votre Magie. Car c'est à partir du réel que l'on créer la Magie !

Le psy et sa baguette magique !
Le psy et sa baguette magique !

*1CG Jung 2001 Psychogenèse des maladies mentales [1907], Albin Michel, Paris 2001 , p.125 *2 Ibid. [1907] p.509 *3 Ibid. [1907] p.290

*4 Ibid. [1958] p.293

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page